Le Cimetière

Le Cimetière

Le cimetière tel qu’il se présente aujourd’hui, date du début du XIXe siècle. Sa création s’est inscrite dans l’obligation édictée en 1783 de faire cesser les inhumations dans l’église. De cette volonté naîtront la galerie qui abrite le tombeau des Frères Franciscains (à droite en entrant dans le cimetière) et les grands tombeaux érigés par les familles patriciennes niçoises qui, auparavant, avaient le privilège d’avoir un caveau dans l’église.

 

 

Le fronton de la galerie est orné des grandes armoiries de l’Ordre franciscain (présentes également dans l’église). Elles se composent d’un écusson à quatre compartiments où figurent :

  • sous la croix, les bras croisés du Christ et de François d’Assise, « l’autre christ » ;

  • un séraphin à six ailes en mémoire de la stigmatisation de François ;

  • les cinq plaies du Christ, symbole de la dévotion de François et de son Ordre à la Passion ;

  • la quintuple croix symbole de la Bonne Nouvelle portée aux quatre points cardinaux de la planète par les fils du Saint.

 

Le cœur environné de la couronne d’épines, parce que les Franciscains ont pratiqué et propagé le culte du Sacré Cœur.

Le collier de la Toison d’or, parce que les généraux de l’Ordre sont ipso facto Grands d’Espagne.

La tiare, le chapeau cardinalice, la mitre, la barrette de docteur, emblèmes des dignités ecclésiastiques revêtues par de nombreux Franciscains.

Les couronnes impériale, royale et nobiliaire, allusion aux seigneurs qui ont professé la règle donnée par François.

L’étendard du Saint Nom de Jésus arboré par les Frères sur tous les fronts, la palme du martyr et le lis de la chasteté, symbole aussi de l’élection et de l’abandon à la volonté de Dieu.

 

Rédigé par Jacqueline Cuviet.




Commentaires fermés