Archives

Navigation par auteur

 

Dimanche de Rameaux et de la Passion du Seigneur

Pour vous souhaiter une très bonne Semaine Sainte, riche en fruits spirituels, voici un petit souvenir de ce beau pèlerinage, où une vingtaine de paroissiens se sont mis à la recherche de l’Alliance nouvelle, sur les pas d’Abraham, de Moïse, de David et des prophètes et ils l’ont trouvée accomplie dans le coeur de Jésus: Epoux aimant de l’Eglise, son épouse!
Bonne Sainte Semaine à tous!!


 

Cinquième dimanche de Carême

Méditation de la Parole de Dieu

 

Parole de Vie

La Parole de Vie est un verset de la Bible à apprendre par coeur et à porter avec nous à fin de la répéter dans le coeur tout au long la journée. Au fil des heures elle pourra nous venir à l’esprit ; nous pourrons ainsi la méditer et essayer de regarder notre réalité à sa lumière. Le coeur habité par une Parole de Dieu est un coeur habité par Dieu. La Parole que nous méditons sans cesse, devient la source de nos actions, qui sont ainsi habitées par Dieu. St. Paul dit que « la Parole est près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton coeur » (Rom 10,8) et Jésus proclame dans le combat avec le démon : « Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre ». (Lc 4, 1-13)

La PdV de cette semaine est:

« Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter la pierre »  Jn 8, 7


Psaume 131 (130)

Dans le livre des Psaumes, il y a une petite section qui constitue un petit livret à part et qui contient les Cantiques pour la montée à Jérusalem. Ce sont des psaumes qui élèvent l’âme à Dieu, dans une progression qui montrait à la fois le rapprochement de la ville et le rapprochement du coeur vers Dieu. Méditer ces psaumes en temps de carême nous accompagne dans notre montée qui nous portera au pied du Calvaire.

Seigneur, je n’ai pas le coeur fier ni le regard ambitieux ; *
je ne poursuis ni grands desseins, ni merveilles qui me dépassent.
Non, mais je tiens mon âme égale et silencieuse ; *
mon âme est en moi comme un enfant, comme un petit enfant contre sa mère.
Attends le Seigneur, Israël, *
maintenant et à jamais.

 

Intention de prière

« Je vous le dis en vérité, si deux d’entre vous, sur la terre, unissent leurs voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux. Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux. » (Mt 18, 19-20)

L’intention de prière de cette semaine:

Prions pour les catéchumènes qui entreront bientôt dans la Grande Semaine et qui, pendant la Veillé Pascale, recevrons le baptême et seront configuré à Jésus Christ : qu’ils puissent se préparer en ouvrant tout leur coeur à l’action de l’Esprit Saint. Prions pour Rosy, Sabrina, Rosalie et Byron.


Démarche

« Dieu ne se contente pas que nous accueillions son amour gratuit. Il ne se limite pas à nous aimer, mais il veut nous attirer à lui, nous transformer de manière profonde au point que nous puissions dire avec saint Paul: ce n’est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi (Cf. Ga 2,20) ». (Message de Benoît XVI pour le carême 2013)

La démarche à vivre cette semaine:

« L’existence chrétienne consiste en une ascension continue du mont de la rencontre avec Dieu pour ensuite redescendre, en portant l’amour et la force qui en dérivent, de manière à servir nos frères et soeurs avec le même amour que Dieu », nous dit Benoît XVI dans son message pour le carême. L’amour peut être décliné de plusieurs manières. Une façon c’est « d’aimer le premier », sans attendre que  soient les autres à venir envers nous, mais en choisissant d’aller vers les autres les premiers, pour les servir, les aimer.

 

Habemus Papam – François I

 

Né en 1936 à Buenos Aires dans une famille modeste d’immigrés italiens venus du Piémont dont le père était employé de chemins de fer, Jorge Mario a grandi à l’école publique avant d’entamer des études de techniciens chimiste puis de se tourner vers la prêtrise, mûrissant sa vocation dans le laboratoire où il travaille. Le séminaire diocésain de Buenos Aires puis le noviciat jésuite où il entre en 1958.

Après son ordination en 1969, ses études le conduisent au Chili et en Espagne où il prononce sa profession perpétuelle en 1973, avant de revenir en Argentine comme maître des novices puis comme provincial. Des années difficiles, marquées par la dictature où la Compagnie est profondément divisée sur la question de la théologie de la libération et souffre d’une baisse des vocations. Six ans plus tard, soucieux de maintenir la non-politisation des jésuites, il laisse une province apaisée et de nouvelles vocations.

Recteur du grand Collège, les facultés jésuites de théologie et de philosophie de Buenos Aires, et curé dans la capitale argentine à partir de 1980, il part en Allemagne en 1986, achever sa thèse de théologie à Fribourg, puis revient comme curé en Argentine : à Cordoba, à 700 km à l’ouest de la capitale, au pied de la sierra, puis à Mendoza, près de la frontière chilienne.

En 1992, Jean-Paul II nomme ce « wojtylien pur jus », selon les mots de Sergio Rubin, chroniqueur religieux du grand quotidien argentin Clarin, évêque auxiliaire de Buenos Aires, puis coadjuteur en 1997. L’année suivante, il succède au cardinal Antonio Quarracino qui, quelques jours avant sa mort, évoquait « cette bonne nouvelle pour son diocèse », dressant le portrait d’un « homme discret et très efficace, fidèle à l’Église et très proche des prêtres et des catholiques ». Ascète et austère, le nouvel archevêque délaisse alors la pompeuse résidence des archevêques de la capitale argentine pour vivre seul dans un petit appartement près de la cathédrale et refuse voiture avec chauffeur pour préférer le bus et le métro.

Malgré sa santé fragile – on lui a ôté une partie du poumon droit à 20 ans –, il mène une vie ascétique et se lève à 4 h 30 du matin pour une journée de travail assidu qu’il commence toujours par une longue lecture d’une presse à laquelle il n’a accordé qu’une seule interview. L’homme est en effet connu pour parler peu mais écouter beaucoup. « Il écoute deux fois plus qu’il ne parle et perçoit bien plus que ce qu’il écoute », confiait un proche à La Croix en 2005. Grand lecteur (notamment les romans russes, Dostoïevski en tête, et son compatriote Borges), il est aussi un amateur d’opéra, et un fervent supporteur de San Lorenzo, l’un des grands clubs de la capitale argentine, fondé en en 1908 par un prêtre.

De ses années de curé à Buenos Aires et dans la sierra, il a gardé un sens pastoral affirmé, ne répugnant pas à confesser régulièrement dans sa cathédrale et faisant tout pour rester proche de ses prêtres pour lesquels il a ouvert une ligne téléphonique directe. On le voit d’ailleurs souvent déjeuner d’un sandwich dans un restaurant avec un de ses curés et il n’a pas hésité, en 2009, à venir loger dans un bidonville chez un de ses prêtres menacé de mort par des narcotrafiquants.

Créé cardinal en 2001 par Jean-Paul II, il conserve son éternel pardessus noir de préférence à l’habit pourpre et, pour Rome, se contente de faire retailler la soutane de son prédécesseur, le cardinal Quarracino. La même année, son humilité avait frappé lors du synode de 2001 sur le rôle de l’évêque, où il fut rapporteur adjoint remplaçant le cardinal Egan, archevêque de New York rappelé dans sa ville par les attentats du 11 septembre.

Ayant fait de la pauvreté un de ses combats – « une violation des droits de l’homme », affirmait-il en 2009 – ce pourfendeur du néolibéralisme et de la mondialisation est ainsi devenu une autorité morale incontestable en Argentine et au-delà. Au point où il apparaît aujourd’hui, dans un pays où l’opposition est quasi inexistante, la seule véritable force à s’opposer au couple Kirchner dont il ne cesse de dénoncer l’autoritarisme.

Il leur semble suffisamment dangereux pour que la presse pro-Kirchner ressorte en 2005 une vieille affaire accusant le P. Bergoglio, provincial des jésuites d’Argentine pendant la dictature, d’avoir dénoncé deux de ses confrères qui furent enlevés et torturés dans la sinistre École mécanique de la marine. D’autres témoignages, au contraire, rappellent l’énergie qu’il a dépensée pour obtenir leur libération.

Et tandis que, l’ancienne médiatrice argentine, Alicia de Oliveira, qu’il a sauvée des militaires, évoque sa grande richesse affective, la plupart des jésuites argentins gardent de lui l’image d’un homme qui a su apaiser une province divisée et qui sait gouverner en situation de crise. Autant de qualités dont aura besoin François Ier face à une Curie traumatisée par l’affaire des Vatileaks.

Le nouveau pape a été élu au cinquième tour de scrutin. La fumée blanche est apparue place Saint-Pierre à 19h06.

Article tiré du site de « la Croix »


 

 

Quatrième dimanche de Carême

Méditation de la Parole de Dieu

 

 

Parole de Vie

La Parole de Vie est un verset de la Bible à apprendre par coeur et à porter avec nous à fin de la répéter dans le coeur tout au long la journée. Au fil des heures elle pourra nous venir à l’esprit ; nous pourrons ainsi la méditer et essayer de regarder notre réalité à sa lumière. Le coeur habité par une Parole de Dieu est un coeur habité par Dieu. La Parole que nous méditons sans cesse, devient la source de nos actions, qui sont ainsi habitées par Dieu. St. Paul dit que « la Parole est près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton coeur » (Rom 10,8) et Jésus proclame dans le combat avec le démon : « Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre ». (Lc 4, 1-13)

La PdV de cette semaine est:

« Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu »  2 Co 5, 20


Psaume 125 (124)

Dans le livre des Psaumes, il y a une petite section qui constitue un petit livret à part et qui contient les Cantiques pour la montée à Jérusalem. Ce sont des psaumes qui élèvent l’âme à Dieu, dans une progression qui montrait à la fois le rapprochement de la ville et le rapprochement du coeur vers Dieu. Méditer ces psaumes en temps de carême nous accompagne dans notre montée qui nous portera au pied du Calvaire.

Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,*
nous étions comme en rêve !
Alors notre bouche était pleine de rires, nous poussions des cris de joie ; +
alors on disait parmi les nations : « Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! » *
Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous : nous étions en grande fête !
Ramène, Seigneur, nos captifs, comme les torrents au désert.
Qui sème dans les larmes moissonne dans la joie : +
il s’en va, il s’en va en pleurant, il jette la semence ; *
il s’en vient, il s’en vient dans la joie, il rapporte les gerbes.

 

Intention de prière

« Je vous le dis en vérité, si deux d’entre vous, sur la terre, unissent leurs voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux. Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d’eux. » (Mt 18, 19-20)

L’intention de prière de cette semaine:

Prions pour tous ceux qui nous ont fait du mal pendant notre vie : que Dieu fasse justice et qu’ils puissent recevoir le pardon de Dieu, comme nous le recevons.

Prions pour les cardinaux qui vont entrer en Conclave pour l’élection du Pape : que l’Esprit Saint soit sur eux et qu’ils se laissent conduire par Lui.

Prions aussi pour le Pape émérite Benoit XVI, que le Seigneur le console et lui donne force et santé.


Démarche

« Dieu ne se contente pas que nous accueillions son amour gratuit. Il ne se limite pas à nous aimer, mais il veut nous attirer à lui, nous transformer de manière profonde au point que nous puissions dire avec saint Paul: ce n’est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi (Cf. Ga 2,20) ». (Message de Benoît XVI pour le carême 2013)

La démarche à vivre cette semaine:

« Le chrétien est une personne conquise par l’amour du Christ et donc … il est ouvert de façon concrète et profonde à l’amour du prochain. Cette attitude naît avant tout de la conscience d’être aimés, pardonnés, et même servis par le Seigneur … qui s’offre lui-même sur la croix pour attirer l’humanité dans l’amour de Dieu », nous dit Benoît XVI dans son message pour le Carême. Essayons de réfléchir et de trouver une personne qui nous a blessé et qui nous a demandé le pardon ; ou pensons à une personne qui nous a blessé sans jamais s’excuser. Dans le premier cas une réconciliation sera possible, dans le deuxième il s’agit de l’amour à l’ennemi.
Choisissons une personne pour lui accorder le pardon. Nous pouvons nous faire aider par la fiche: « Pardonner« 


 

Sixième soirée « Vie à deux »

Après deux semaines de pause, nous voici à nouveau convié à ce rendez-vous romantique : les couples présentes avaient envie de retrouver leur petite table. Au menu : une salade composée en entrée, suivie par des cuisses de poulet aux épices accompagnées par une ratatouille de la grand-mère pour terminer avec du fromage blanc au sirop de framboises en dessert.

Ce soir l’enseignement nous a porté à nous poser la question: « Peut-on régler les erreurs passés? », voir « comment apprendre la puissance du pardon? »

Un itinéraire en 5 étapes, qui peut guider le couple à affronter les erreurs passées d’une manière constructive et les amener à se demander et à se donner l’un l’autre le pardon.

Pour écouter à nouveau l’enseignement,voilà le lien du podcast « Vie à deux », avec l’enseignement Comment régler les erreurs passées?. Il est possible de s’abonner aux épisodes via  iTunes Store

Ceux qui n’ont pas pu être présents pourront ainsi demander les fiches pratiques aux couples animateurs et trouver, pendant la semaine, un moment de qualité pour vivre la soirée avec ses trois moments: dîner, enseignement, exercices.

 

Triduum Pascal au Monastère 27-31 Mars

Vivre au monastère pendant le Triduum: catéchèses, vie communautaire, célébrations bien préparées, veillés de prière.

Une occasion pour les jeunes de vivre Pâques d’une manière plus profonde.

 

Les horaires du Triduum:

mer 27 19h30: accueil et veillé festive

jeu 28 18h30: Messe « in coena Domini », veillée

ven 29 18h30: Célébration de la Passion,

20h30: Adoration de la croix

sam 30 matin: Catéchèse et méditation

aprem: préparation pour le soir

21h30: Veillé Pascale

dim 31 10h30: Messe de Pâques, départs.

Possibilité, pour ceux qui le désirent, de dormir au monastère. Après le petit-déj chacun sera libre pour ses activités, RDV le soir pour les célébrations.

Portez: Bible, de quoi écrire, duvet, serviettes.

Prix: 25E.

Inscrivez-vous en postant un commentaire à cet article où en contactant directement les frères ou le secrétariat de la Paroisse. Date limite pour les inscription: dimanche 24 mars.


une démocratie à plusieurs vitesses?

On n’a rien contre les éléphants, mais tout de même…. la démocratie a plusieurs vitesses.

Trop, c’est trop !

70 000 pétitions non légales pour sauver deux éléphantes
plus efficaces que
700 000 pétitions conformes à la loi organique pour sauver la filiation humaine !

Les droits des animaux mieux protégés que les droits humains ! Trop, c’est trop !

Après la décision du Conseil économique social et environnemental (CESE), mardi 26 février 2013, de décréter irrecevables les 700 000 pétitions citoyennes, celle prise par le Conseil d’Etat, mercredi 27 février 2013, d’annuler – sous la pression de pétitions sauvages – l’arrêté d’euthanasie pour des éléphantes du parc de la Tête d’or à Lyon, sonne comme une provocation !
L’article 5 de la loi organique de 2010 avait été voté pour définir les conditions de recevabilité de l’article 69 de la Constitution qui concernait, pour le 3e alinéa, la pétition citoyenne.
Cette loi organique donne uniquement des critères de forme. Le législateur n’avait donc pas souhaité délimiter le sujet sur le fond. Le bureau du CESE l’a lui-même reconnu : la pétition citoyenne lancée par La Manif Pour Tous remplissait parfaitement les critères de recevabilité requis par la loi organique. Notre pétition était donc recevable !
La décision du bureau du CESE, prise après avoir demandé ses consignes au Premier ministre, est purement et simplement un déni de démocratie !
Ras le bol du totalitarisme gouvernemental !

Le projet de loi Taubira n’est pas encore voté et nous ne lâcherons rien !
Nous ferons entendre notre refus du projet de loi « mariage pour tous »,
et nous ferons respecter, enfin, la démocratie !
RDV sur les Champs Elysées dimanche 24 mars après-midi.

www.lamanifpourtous.fr

 

Conférence biblique

CONFÉRENCE

suivie de la dédicace de son livre : « Les Manuscrits de la Mer Morte »

par le Père Émile PUECH

« Apports des manuscrits de la mer Morte, en particulier à notre meilleure connaissance du Nouveau Testament »

organisée par

CİMİEZ MİSSİON et DÉVELOPPEMENT

 

en l’Église du Monastère de Cimiez – Paroisse Sainte Marie des Anges -Nice

MERCREDİ 3 AVRİL 2013 à 20h00

Émile PUECH : Dominicain, de l’École biblique et d’archéologie de Jérusalem, directeur de recherches au CNRS, auteur de multiples publications, a abordé les manuscrits de la mer morte en tant qu’étudiant à Paris, puis en tant que chercheur depuis une bonne trentaine d’années.

Émile Puech est considéré comme l’un des plus grands spécialistes international du monde essénien, communauté juive vivant sur les rives de la mer Morte au IIe siècle avant Jésus-Christ.

 

Renseignements au 04 93 81 00 04

samedi 9 mars : Veillée de prière

Le samedi 9 mars, 20h30, à l’Eglise du Monastère de Cimiez, une équipe de jeunes de l’école d’évangélisation « Jeunesse Lumière » organisera une veillée de prière ouverte à tous.

Une belle démarche pour le temps de Carême serait d’y participer en invitant une personne de votre entourage à venir avec vous.

Jeunesse Lumière est une école de prière et d’évangélisation, fondée en 1984 par Daniel-Ange. Son souci : former de jeunes apôtres du Christ, pour les lancer sur les routes de la mission, avec la particularité d’une alternance entre temps de désert et de mission : retirés dans la montagne pour contempler Dieu, envoyés dans la plaine à la rencontre des jeunes, en priorité les plus loin de l’Eglise.

10 mars : « Gérer les conflits »

Troisième rencontre

« 1+1 = famille »

Les conflits sont inévitables.
Se disputer est un choix

Qui gagne dans les conflits? Quand il y en a un qui gagne, l’autre perd, et personne n’aime perdre ou vivre en compagnie d’un perdant.
Comment résoudre les conflits sans dispute?

“1+1= famille” se propose comme temps de qualité pour le couple, avec un enseignement thématique, un temps pour le dialogue et des ateliers pratiques (1+1) ; le tout inséré dans une journée à mesure de la famille, avec des temps de partage, de convivialité et de jeux!

10h30 Messe avec la communauté paroissiale

12h Repas partagé (chacun apporte un plat)

14h Moment de jeux en équipe familiale

14h30 Enseignement pour les parents Animations pour les enfants

17h Fin